Couleurs nocturnes

Le traditionnel spectacle des Rendez-vous place Stanislas est reporté à 2021 en raison de la crise sanitaire. Vous pouvez cependant profiter, chaque soir, d'une nouvelle projection sur la façade de l'Hôtel de Ville, réalisée par Spectaculaires : Couleurs nocturnes ! Cette balade en images, accompagnée d'une playlist à écouter sur son téléphone, tourne en boucle en fin de soirée pour colorer votre moment détente, en terrasse, sur notre magnifique place.

Dates et horaires

Tous les soirs, du 11 juillet au 30 août
Du 11 juillet au 15 août : 22h30 - 00h 
Du 16 août au 30 août : 22h - 00h

La playlist

Pour une immersion totale, branchez vos écouteurs et laissez-vous envoûter par les titres qui accompagnent cette projection pleine de poésie !

Electronica

Une musique électronique qui démarre dans une ambiance estivale puis se déconstruit progressivement pour laisser place à une sensation de somnolence extatique, avant de se réinventer à nouveau.

Light the Night

Laissons place à l’obscurité de la nuit. Light the Night propose une ambiance orchestrale évoluant crescendo au rythme de l’apparition de la nuit et de ses étoiles. Symbolisant l’acte de création, elle expérimente une nouvelle temporalité.

Once upon a time in Nancy

Pour accompagner Couleurs nocturnes, Once upon a time in Nancy s’est inspiré de la musique du célèbre compositeur français Erik Satie. Une mélodie lente, pure, transparente ; Un rythme immuable, une musique minimaliste, délivrée de la marche du temps et de la ville.

Les 3 titres Electronica, Live the Night et Once upon a time in Nancy ont été composés par Lylian Klata, un jeune compositeur diplômé du Brevet de Technicien des Métiers de la Musique de Nancy et du diplôme universitaire de Musicologie de l’UFR ALL de Nancy. Il termine actuellement une formation à la Music Academy International de Nancy. Lylian Klata a notamment collaboré au Festival International du Film de Nancy, au Festival Universitaire du Film Underground et à l’Institut Européen de Cinéma et d’Audioviuel.

Stan 2020

Une playlist électro colorée et lumineuse à l'image de l'École de Nancy.

Cette playlist a été créée par Captain Fracasse. En plus de 30 ans, Ludovic Antoine de son vrai nom est devenu un incontournable pourvoyeur de musique pour les oreilles nocturnes de Nancy et sa région : 15 ans en tant que guitariste dans des groupes parmi les plus nerveux du secteur, 15 ans de DJing sous l'étiquette On vous passera des disques maintenant dénommé Captain Fracasse. Depuis 2 ans, cerise sur une carrière entièrement guidée par une mélomanie compulsive, il alimente les platines les plus exigeantes de la métropole en tant que disquaire à Rhizome Record Store, antenne du label Ici d'Ailleurs.

Ils apparaissent...

L'École de Nancy

Après le traité de Francfort (1871), Nancy devient terre d’accueil pour de nombreux Alsaciens-Lorrains qui souhaitent rester Français. L’essor démographique de la ville s’accompagne de l’émergence, en 1894, d’un foyer d’artistes lorrains très actif dans le domaine des arts décoratifs. Rassemblés sous le nom d’École de Nancy, ces créateurs participent à la métamorphose de la ville en inventant un nouveau vocabulaire artistique inspiré de la nature, l’Art nouveau. Passionné de botanique, l'artiste emblématique de l'École de Nancy, Émile Gallé, trouve une éternelle source d’inspiration dans la nature. Il résume sa démarche au moyen d'une phrase restée célèbre: « Ma racine est au fond des bois, parmi les mousses autour des sources. » Aux côtés d’autres célèbres acteurs de ce mouvement tels que Louis Majorelle, Jacques Gruber, Eugène Vallin, les frères Daum, il rivalise d’imagination pour créer un art utilitaire et accessible. Le musée de l’École de Nancy et la Villa Majorelle présentent un panorama de ces réalisations qui ont fait de Nancy, l’un des fleurons de l’Art nouveau en Europe.

Victor et Jean Prouvé

Victor et Jean Prouvé marquèrent tous deux, sur près d'un siècle, l'histoire de Nancy. Victor Prouvé, un des fondateurs de l'École de Nancy, est un artiste polyvalent, créateur infatigable. D'abord peintre portraitiste et paysagiste, il est aussi sculpteur, graveur, travaille le cuir et le métal, donne des dessins de broderies et de bijoux, et collabore avec de nombreux artistes et industriels de l'École de Nancy. Son fils Jean Prouvé fait très vite preuve d'une remarquable capacité d'invention dans les domaines de l'architecture et du design. Se qualifiant de ferronnier, d'artisan ou encore de constructeur, Jean Prouvé a su donner une nouvelle ampleur aux principes de l’École de Nancy transmis par son père, avec comme ambitions communes l'innovation et l'accès au plus grand nombre. Les collections des différents musées de Nancy, mais également le patrimoine architectural de la ville, témoignent de la diversité et de la richesse de leurs réalisations.

Émile Friant

Faisant montre de son talent de portraitiste dès l’âge de 14 ans, Émile Friant est aujourd’hui l’un des artistes lorrains dont la présence est incontournable au musée des Beaux-Arts de Nancy. Au terme d'une formation nancéienne et parisienne, il dépeint la société qui l’entoure sans jamais laisser transparaître de jugement mais comme un observateur attentif du monde rural, ouvrier ou de la bourgeoisie. Son travail de peintre naturaliste est souvent émaillé de touches impressionnistes qui manifestent son attrait pour le progrès et les avant-gardes. Ce goût se retrouve dans son intérêt pour la photographie et sa passion pour l’aéronautique. Il participe à des vols en ballon et réalise en 1914  le seul dessin représentant le projet d’avion ambulance de Marie Marvingt. Il  fait  également preuve d’humour n’hésitant pas à se caricaturer ainsi que La Toussaint une de ses œuvres majeures.

Jacques Gruber

Originaire d’Alsace, Jacques Gruber se forme à l’École des Beaux-Arts de Nancy puis à Paris. De retour en Lorraine, il débute sa carrière d’artiste décorateur au service de la manufacture Daum. Renouvelant profondément les formes et les décors, il crée des chefs-d’oeuvre de verre. Stimulé par les importantes innovations techniques qui bouleversent l'industrie du verre, le jeune artiste s’engage peu à peu dans l’art du vitrail. Opalescent, dichroïque, gravé ou peint, plat, moulé ou chenillé, simple ou superposé, ce matériau offre désormais des effets inédits et délicats mis en scène par Jacques Gruber dans ses compositions originales. Artiste de l’École de Nancy, il poursuit en parallèle ses recherches dans les domaines décoratifs les plus variés, proposant des modèles pour le mobilier, la céramique, la reliure ou encore le textile avant de poursuivre avec succès, après la Première Guerre mondiale, son activité de maître-verrier à Paris.

Stanislas Leszczyński

Stanislas Leszczyński est au crépuscule de sa vie lorsqu’il publie, en 1763, ses Œuvres du Philosophe bienfaisant. Dans cet ouvrage en quatre tomes, le vieux monarque éclairé, âgé de 86 ans, écrit que le bonheur « est une eau qui, après avoir arrosé des terres arides, remonte vers la source pour couler de nouveau». Une manière de déclarer que la générosité serait le meilleur moyen pour s’accomplir, même - et surtout - pour un souverain. En Lorraine, qu’il gouverne pour le roi de France à partir de 1737, Stanislas n’a pas manqué de mettre en place des initiatives sociales novatrices, avec la création d’écoles, d’hôpitaux, mais également d’œuvres de secours aux plus démunis, etc. Avec ses Œuvres du philosophe bienfaisant, il signe un testament politique et philosophique qui s’inscrit pleinement dans l’esprit des Lumières.

Informations annexes au site